Marsilée à quatre feuilles

 

Marsilées à quatre feuilles

Description et biologie

La Marsilée à quatre feuilles est une petite fougère herbacée aquatique qui occupe des sols boueux ou temporairement inondés, riches en nutriments, souvent pauvres en calcaires, et à dessèchement saisonnier. Ainsi on la retrouve dans des étangs peu profonds et sur leurs berges asséchées en été, dans les anciens lits des cours d’eau, dans les fossés, les gravières et autres pâturage mouillés.

Mesurant entre 5 et 15 cm de long, ses feuilles présentent 4 folioles qui évoquent fortement un trèfle à quatre feuilles. Il s’agit de ce que l’on appelle une espèce « à éclipse » car elle semble parfois disparaître pour ensuite réapparaitre de manière spectaculaire, avec parfois plusieurs années de battement avant sa réapparition.

Du fait de rhizomes souterrain, la multiplication végétative est fréquente et l’espèce peut alors former des populations denses et étendues qui sont probablement constituées de « clones ». La reproduction sexuée nécessite quant à elle une phase d’inondation car la fécondation est aquatique. Les graines semblent être disséminées par l’eau ou les pattes boueuses des oiseaux.

 

Répartition sur le site

 Espèce qui semble globalement en régression sur l’ensemble de son aire de répartition, les stations connues sur les sites Natura 2000 sont situées sur le Val d’Allier dans des gours au niveau de pâtures à bovins. Elle y exploite ainsi les zones pionnières créées par le piétinement des bêtes et peuvent ainsi former de belles populations.

 

Menaces

 Les principales menaces qui pèsent sur les populations de Marsilées sont notamment liées à la régression générale des zones humides temporaires suite à l’abaissement du lit des fleuves ou aux drainages, aux pollutions des eaux (engrais, herbicides, hydrocarbures…), à l’évolution des milieux aquatiques vers une fermeture ou encore à la compétition avec des espèces exotiques envahissantes telles que la Jussie.

 

Perspectives de protection

 Le maintien de l’activité d’élevage telle qu’aujourd’hui est la garantie de la pérennité des conditions de milieux favorables à l’espèce. Le maintien du niveau du lit et de la nappe phréatique de l’Allier est également indispensable pour que perdure les inondations et exondation des milieux où elle se développe.

Statut

Directive Habitats, faune, flore : Annexe II

Convention de Berne : Annexe I

Protégée en France

 

Pour aller plus loin

INPN