Cistude d'Europe

Cistude d'Europe

Description et biologie

La cistude est une petite tortue d’eau douce qui peut atteindre 20 centimètres et peser jusqu’à 1,5Kg. Brune à noire sur la dossière et jaune sur le plastron, elle présente des ponctuations jaunes sur l’ensemble du corps.

Photo de mâle de cistude

Malgré une longévité de près de 50 ans, moins de 1% des jeunes atteindrait l’âge adulte.

Dès le printemps, les cistudes sortent de leur hivernation pour reprendre leur activité. Après plusieurs mois passés enfouies dans la vase, elles recherchent les postes d’insolation sur les bois morts et en berge et c’est la période des accouplements.

Mâture entre 8 et 12 ans, les femelles pondent leurs œufs en périphérie des plans d’eau dans des milieux ouverts secs et chauds aux alentours du mois de juin.

Carnivore en début de vie puis omnivore, la cistude se nourrie essentiellement d’invertébrés aquatiques mais peut toutefois être plus opportuniste et ingérer des cadavres de poissons, oisillons, rongeurs et batraciens.

Répartition sur site

Les populations du site comptent parmi les plus septentrionales de l’espèce en France. Réparties dans quelques annexes de Loire et d’Allier, les sites sont encore à l’étude pour mieux connaître les effectifs et leur cycles biologiques.

Menaces

La cistude souffre de plusieurs agressions directes et indirectes.

La destruction et l’altération de ses milieux de vies sont décisives, tout comme la fragmentation des milieux. Comblement, drainage, pratiques agricoles, piscicoles et sur-entretien des plans d’eau font disparaître l’habitat de vie des adultes et jeunes. La déprise des prairies et la fermeture des milieux ouverts, réduisent le nombre de site de ponte potentiel. La concentration des œufs les rendent vulnérables aux prédations et risques naturels.

L’introduction de la Tortue de Floride est une menace pour la Cistude d’Europe, ainsi que le prélèvement et la destruction (volontaire ou non) des individus par l’Homme qui fragilisent également les stocks de reproducteurs déjà réduits.

Perspective de protection

C’est en préservant leurs habitats par une gestion adaptée des plans d’eau et des milieux ouverts, ainsi qu’en leur assurant une certaine quiétude en limitant la fréquentation des sites que cette tortue pourra se maintenir et peut-être coloniser d’autres secteurs.

 

Si vous avez des données de Cistude !

Statut de l’espèce :

Directive Habitats-Faune-Flore
annexe II et IV

Convention de Berne
annexe II

Protégé en France (vulnérable)

 

Pour aller plus loin :

Site de l'INPN